Pourquoi les transformateurs se réapproprient leur logistique?

Petit traité de différenciation.

Dans le monde logistique dans lequel nous vivons, la brique logistique (ramasse, préparation, livraison) est opérée de façon industrialisée par des acteurs que vous ne connaissez pas, faisant naître des aléas que vous ne maîtrisez pas (comment ça ma palette a “DISPARU” ???). Sauf qu’une douce révolution est en marche. Car ces opérations logistiques invisibles ne correspondent plus aux attentes d’un secteur qui évolue très vite: le local! Et notamment le secteur des transformateurs locaux. 

Ces derniers ont créé une identité pour leurs produits, qu’ils ne veulent pas voir gommée par l’opérateur logistique. Ils ont des demandes spécifiques concernant la façon de préparer, transporter et livrer leurs produits. Ils cherchent plus que des logisticiens, ils cherchent des partenaires qui vont pouvoir être des ambassadeurs de leurs produits, en parler et remonter des besoins. Ils veulent pouvoir intervenir en cas d’anomalie, arbitrer eux-mêmes sur la marche à suivre. Ils veulent enfin que ce partenaire logistique représente aussi leurs valeurs, emploie des salariés justement rémunérés et s’inscrive dans le temps. 

Bref, ils savent que les personnes qui vont être en contact avec leurs fournisseurs comme leurs clients, ce sont ces logisticiens, et que la qualité de leur service va être déterminante sur l’adhésion à leur marque ou projet. Ce service ne doit plus être invisible mais au contraire, être vécu comme un atout commercial.

C’est pour répondre à ces questions que nous avons créé La Bourse de Fret du local, sur laquelle les acteurs du local trouvent des logisticiens professionnels formés aux enjeux du local: transporteurs professionnels, mais aussi transformateurs ou facilitateurs qui établissent de beaux partenariats logistiques. 

Dîtes-nous qui vous cherchez, on fera tout pour vous trouver la pépite 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code